Sheep Grazing Village Verges

SAINT CHARTRES



SAINT CHARTRES

 

Le petit village pittoresque de Saint Chartres est niché dans la paisible Vallée Divine et compte env. 110 habitants. À votre approche à travers les vastes champs dorés d'orge, de blé, de maïs et de tournesols, vous ne devinerez jamais son existence, jusqu'à ce que la route se termine dans une oasis de verdure luxuriante qui s'étend tout au long de la rivière Dive.

Saint Chartres Winter Morning Sun
Old French Entrance Gates
Saint Chartres Spring Blossom

 


Saint Chartres est un village rural français traditionnel d'une beauté et d'un charme pittoresques, une communauté accueillante et socialement active qui est fière de son identité. Construit autour de l'église Sainte Julitte du XIIe siècle, le village protège avec passion son patrimoine de vieilles maisons et granges construites en pierre douce et entourées de jolis jardins et de potagers productifs. Son bel habitat est créé par les eaux cristallines de la plongée qui coule à travers les marais tranquilles et les bois.
Vous pouvez simplement vous perdre ici. Mais où que vous soyez, il y a toujours un bonjour amical de ceux que vous rencontrez sur votre chemin.

Saint Chartres abrite trois anciens moulins à eau qui autrefois étaient alimentés par la rivière Dive - le Moulin de Lauray, le Moulin de Chollay et le Moulin de la Seigneurie qui est situé directement derrière l'église et notre maison. Entre Saint Chartres et Jay, la rivière Dive coule parallèlement à la route sur environ deux cents mètres puis se divise en deux voies navigables, l'une vers La Grimaudière (sud) l'autre vers Moncontour (nord).


Les champs agricoles environnants dominent la rivière d'env. 40 mtr. Aujourd'hui, ils sont utilisés pour la culture du blé, de l'orge, du maïs et du tournesol, mais au XIXe siècle, ils ont produit de la chanvre, utilisée pour tisser les beaux draps et vêtements en lin français merveilleusement résistants. Il y avait une carrière dans la région de Chollay, juste à la périphérie d'Ayron, où le calcaire jurassique était taillé et utilisé pour construire les granges et les maisons locales.

 

Les habitants de Saint Chartres sont appelés «Saint-Chartrains».

 

 

Saint Chartres House Front
Saint Chartres Village Road
Saint Chartres Village Flowers

 

 

L'ÉGLISE DE SAINTE JULITTE

 

La petite église romane Sainte Julitte de Saint Chartres date du XIIe siècle et présente un vitrail qui représente Saint-Cyr et sa mère Sainte Julitte, dont la terrible histoire serait la suivante:

 

Vers 304 après JC, Julitte, son fils de 3 ans Cyricus et deux servantes ont fui à Tarse en Asie Mineure où ils ont été identifiés comme chrétiens. Parce que les chrétiens étaient persécutés par l'empereur romain Dioclétien, Julitte et son enfant ont été amenés devant le gouverneur de Tarse où Julitte a refusé de renoncer à sa religion. Cyricus a été tué en étant jeté dans des escaliers et le gouverneur a décrété que les côtés de Julitte devaient être déchirés avec des crochets et qu'elle devait ensuite être décapitée. Son corps, avec celui de Cyricus, a été jeté hors de la ville sur le tas de corps appartenant à des criminels, mais les deux servantes ont sauvé les cadavres de la mère et de l'enfant et les ont enterrés dans un champ voisin. Les corps ont ensuite été amenés en France.

 

L'église de Saint Chartres abrite une remarquable statue "Notre Dame de Bon Lait" datant du XVIIIe siècle. Il montre une Marie aux seins nus nourrissant son bébé Jésus dans le but de faire prier les nourrices à l'église pour obtenir du lait en abondance. Il y a aussi une pierre tombale gravée du XIIIe siècle qui contient les restes de de la Frebaudière, seigneur de Saint Chartres du XVIe siècle, décédé à la bataille de Saint-Denis en 1567.

Dans le cimetière de Saint Chartres, une croix Hosannière datant du 7ème siècle se dresse toujours haute et sereine et vous pouvez trouver plusieurs pierres tombales datant de la même époque. Les anciennes tombes du cimetière, vieilles de plusieurs siècles, racontent l'histoire des familles locales à travers les âges.

 

 

 

 

LES CLOCHES DE L'ÉGLISE DE SAINT CHARTRES

 

Marie Armance Angélina Métais, dernière Sonneuse de Cloche de Saint Chartres, est née au début du XXe siècle. Elle était mariée à Philibert Delisle, le forgeron du village, et était connue pour être toujours très alerte, courageuse et souriante, une silhouette mince avec une voix aiguë qui portait ses cheveux en chignon sous un chapeau. Elle était toujours là, rythmant de manière fiable la vie du village avec sa cloche qui sonnait.

Connue et appréciée pour sa gentillesse, Angélina a sonné l'angélus tous les jours sans faute. Pendant des années, c'était un rituel quotidien qu'elle ne manquerait jamais, quel que soit le temps et en toute saison. Elle a sonné l'angélus trois fois par jour, à 7h, 12h et 19h, mais aussi aux messes et vêpres, mariages et baptêmes et funérailles, et même en cas d'accident. Les habitants se rappellent qu'elle "a saisi les cordes comme un homme et a fait entendre la voix des trois grosses cloches". Au plus fort du mouvement, elle serait soulevée du sol puis descendait, volant de haut en bas avec les cordes.


Angélina avait un âne appelé Piston. Elle est allée à l'église et a fait circuler les enfants du village dans sa voiture en bois. Elle a été la première femme du village à conduire, elle n'avait même pas 30 ans. Après sa mort en 1970, le fils d'Angélina a pris la relève pendant un certain temps, mais les cloches se sont tues. En 1992, les cloches du village ont été automatisées.

Il y a eu une autre brève période de silence récemment en raison des plaintes et des poursuites intentées par un habitant qui ne visite sa maison qu'une ou deux fois par an. Mais les sons des cloches d'église, des chiens, des tracteurs, des coqs et d'autres animaux de la ferme ont toujours fait partie de la vie dans les villages ruraux - et puissent-ils le rester longtemps.

 

Crédits:  feu Michel Martineau, amoureux des vieilles pierres - Thérèse Rinuit, correspondante de presse.